Dimanche 15 novembre 2020

33° Dimanche année A

1ère lecture : livre des Proverbes, 31,10-13,19-20,30-31
Psaume 127
2ème lecture : 1ère lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens, 5, 1-6
Evangile de Jésus – Christ selon saint Matthieu 25, 14-30.


Fiches de catéchèse

Pour s’approprier l’évangile de ce dimanche vous trouverez en cliquant sur le lien suivant des fiches « enfants »,
des fiches « ados » et des fiches pour les « familles ».

https://bit.ly/catechesemaison


Le jour viendra tel un voleur | 1001 versets

Commentaire

Le vécu de notre quotidien nous le rappelle régulièrement : vivre, c’est risqué ! Et risquer, c’est vivre !

Celui qui reste calfeutré chez lui arrive quand même à s’enrhumer ! Et il mourra comme les autres.

Des risques, il en prend, – cet homme un peu fou qui confie tous ses biens à ses serviteurs ! D’après les commentaires, celui qui ne reçoit qu’un seul talent, dispose tout de même d’une somme équivalente à 15 ans de salaire ! Excusez du peu !

Notre homme distribue donc son argent à chacun selon ses capacités, et demande des comptes à son retour. Les deux premiers ont fait fructifier le dépôt. Ils reçoivent la récompense suprême : « Entre dans la joie de ton seigneur », est-il dit à chacun.

Qu’importe si l’un a gagné 5 talents et l’autre seulement 2. Chacun a pris des risques, selon ses capacités. Le 3ème vient, tout penaud, rendre le talent qu’il a laissé dormir au fond d’un trou. Pour sûr, il ne risquait rien : pas même de gagner ! Il doit encore se demander pourquoi son maître le maudit – il n’a rien fait de mal !

C’est vrai, il n’a rien fait de mal, puisqu’il n’a rien fait du tout. On l’a compris : c’est Dieu lui-même qui confie son Royaume aux disciples pendant le temps qui nous sépare de la venue du Seigneur, à la fin des temps. Dieu a pris, et prend les risques les plus fous. Son Fils s’est livré aux hommes jusqu’à donner sa vie. Il confie aux hommes les clés de son Royaume et sa Parole de Vie, lumière et force, pour tous ceux qui l’accueillent. Il confie à chacun sa part de responsabilité selon ses capacités.

Pour que la communauté vive, que l’Eglise soit belle, elle a besoin de tous les talents – au sens le plus courant du mot – même des plus modestes. Il y a toujours la tentation de mettre l’Evangile bien à l’abri, dans une bibliothèque bien cirée – surtout ne pas le compromettre avec le monde des pécheurs, ne pas se salir les mains, ne pas risquer qu’on nous le vole. L’Evangile est une Parole de vie : on ne l’enterre pas. Au Royaume de Dieu, il n’y a pas de place pour la peur. L’Evangile est venu jusqu’à nous à travers le témoignage de chrétiens qui ont tout risqué, jusqu’à leur foi et leur vie.

A nous maintenant de le faire fructifier et de le porter vers ceux qui cherchent une espérance. Nous avons notre intelligence pour comprendre, notre cœur pour aimer, nos yeux pour découvrir, nos mains pour fabriquer, notre imagination pour inventer. Tout cela nous est donné pour que nous le mettions au service de la Parole de Dieu.

Il nous faut être des vivants et prendre des risques, puisque Dieu a risqué le premier.

Abbé Norbert.